...
 
L'équipe de Caw vous souhaite la Bienvenue !
Jordan Rackit
Co-Fondateur Sadique
Le Contacter
Andrew Parker
Co-Fondateur Charmant
Le Contacter
Satya Malowne
Grand Modérateur
Le Contacter
Cole Turner
Modérateur
Le Contacter
Ethan Adams
Modérateur
Le Contacter
Phoebe Halliwell
Modératrice
Le Contacter

Partagez|

S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

CAW Birthday : 21/12/2015
Avatar : Jennifer Lawrence
Race : Sorcière
Camp : Neutre
Localisation : San Francisco

Messages : 2165
Points RPG : 23


Witchcraft
PC totaux: 35
Niveau: 2
Pouvoirs/Capacités:
avatar
Sorcier ¤ Best RPGiste

Keira Fawkes
Sorcier ¤ Best RPGiste

MessageSujet: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Mer 23 Déc 2015 - 1:11

En cette journée légèrement brumeuse, les bruits de la circulation extérieure résonnaient aux oreilles de Keira Fawkes. Cette dernière était étalée sur un vieux matelas en relativement bon état, qu’elle avait couvert de draps neufs grâce à ses rares économies. La jeune fille habitait au-dessus du bar dans lequel elle travaillait régulièrement pour l’entretien. L’appartement ne payait pas de mine, mais au moins elle n’avait plus à partager un logement avec d’autres sans-abris. En dehors de son « patron », elle seule possédait les clés des lieux. Elle ne savait pas où celui-ci vivait, mais il était évident que cela devait être dans un endroit beaucoup moins lugubre et décrépit. A vrai dire, Keira ne pouvait même pas profiter de l’électricité. Fort heureusement, elle disposait tout de même de l’eau courante. Tous les espaces se trouvaient dans la même pièce, de sorte que l’unique fenêtre éclairait tous les coins - bien que de manière insuffisante pour épargner une certaine obscurité en pleine journée -. Autour d’elle se trouvait un vieux réveil mécanique gris, et un sac à dos dont elle se servait pour faire ses courses. Contre le mur opposé reposait une table basse abîmée où étaient maladroitement rassemblés tous ses vêtements. Pour manger, Keira s’asseyait sur l’unique chaise en bois qui entourait une table ronde au centre de la pièce. La douche, les toilettes et le lavabo et une étagère pour la vaisselle étaient disposés dans le restant de la salle.

La jeune fille soupira longuement. Cette vie était d’un ennui… Cela faisait longtemps qu’elle avait arrêté de culpabiliser de la mort de son père. Du moins, elle arrêtait de se maudire continuellement. Comment aurait-elle pu empêcher cet événement de se produire puisque, de toute manière, elle ignorait encore ce qui s’était réellement passé ? Cela faisait quelques jours qu’elle n’avait pas mis le nez dehors, et ses jambes commençaient à se montrer douloureuses de par cette absence d’exercice. Le lancer de couteaux s’avérait désormais ennuyeux, et elle n’avait guère l’envie de se mélanger à la population de l’étage inférieur. Au prix d’un effort exceptionnel, Keira se mit debout pour lancer un regard distant vers la vitre. Celle-ci donnait sur la rue, du côté de l’entrée du bar. Comme d’habitude, toute une foule se déplaçait, ne manquant pas de faire savoir leur présence par un brouhaha incessant. Elle posa son front contre le verre froid, et ferma les yeux un bref instant comme pour faire le point sur ce qui allait se passer par la suite.

Le prix à payer pour assurer la sécurité des individus n’était pas rien dans son cas. Cette solitude constante était une épreuve qu’elle pensait autrefois être insurmontable. Keira rouvrit ses paupières et sortie enfin de sa prison. Elle dévala l’escalier qui la séparait de l’extérieur et ouvrit la porte d’un pas décidé. Bien que le soleil fût dissimulé derrière une brume épaisse, la luminosité restait supérieure à celle qu’elle venait de quitter. Il lui fallut plusieurs secondes pour arrêter de cligner des yeux, s’habitant peu à peu à ce flux de lumière. C’est alors que la jeune femme se rendit compte qu’elle n’avait même pas prit la peine de se regarder dans le miroir avant de rejoindre le monde extérieur. S’était-elle passer un coup de brosse dans les cheveux aujourd’hui ? Elle n’en avait aucune idée. En tous les cas elle ne ferait pas marche arrière. Le temps était plutôt frisquet mais Keira était totalement indifférente à ce détail. Habillée intégralement en noir, elle glissa ses mains dans les poches de sa veste en cuir. Une des seules choses qu’elle avait ramené de chez elle en s’enfuyant, il y avait de cela déjà une bonne vingtaine de mois.

Avançant sans but précis, la jeune fille savoura l’air frais qui lui rentrait dans les poumons. Alors qu’elle continuait son bout de chemin, elle remarquait régulièrement des regards qui se fixaient sur elle. En général, ils exprimaient soit de la pitié, soit de la frayeur. Comme si Keira allait leur sauter dessus ! Elle avait beau avoir un caractère non enviable, ce n’était aucunement dans ses intentions que d’agresser quelqu’un. A cela, elle répondait souvent par un regard noir. Après tout, rien ne l’empêchait de s’amuser un peu à leurs dépens.  Après une bonne heure de marche, alors que le soleil commençait déjà à se coucher,  la fille s’arrêta sur un banc pour admirer le spectacle. Ce n’avait rien de romantique. Mais il fallait bien remplacer la télévision par quelque chose ! Perdue dans ses pensées, Keira ne remarquerait probablement pas si quelqu’un venait se poser à ses côtés. Encore fallait-il que quelqu’un s’y essaie. Après tout, bien qu’elle n’ait pas l’apparence complète d’un sans-abri, elle était bien loin de ces filles coquettes toujours impeccables.

¤¤¤

I'm sorry for beeing me
I'm sorry for beeing clingy, emotional, needy, annoying, stressful,
weird, quiet, distant, imperfect,strange, unlovable, useless, worthless,
lonely, depressed, boring, sad, helpless, broken, lost cause, defeated.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Mer 23 Déc 2015 - 16:29

« Agent Winona, sortez tout de suite de mon bureau ! » Bon ok une fois de plus elle avait quelque peu dérapé en brutalisant un suspect. Ce n'était qu'une petite foulure de poignet en soit cependant ses frasques commençaient à agacer prodigieusement son chef. En même temps ce fichu suspect avait fuit devant elle lâchant le monstre à ses trousses et franchement si cet homme n'avait rien à se reprocher pourquoi avait il fuit comme un lâche ?! Malheureusement pour lui ses Mc Do à répétition avait eut raison de son souffle et ce fut après une bonne dizaines minutes de course poursuite que Kalena n'attrapa enfin. Oh il tenta de se débattre tout en donnant des coups de coudes dans les cotes de notre belle qui par pur esprit de vengeance lui passa les menottes sans aucune douceur. Il avait hurler au plus grand bonheur de Kalena qui essayait tant bien que mal de cacher la douleur cuisante qui l'agitait à chaque respiration. Elle avait une réputation à tenir et pleurer à chaude larme n'était pas du tout prévu au programme tout le comme fait en soit qu'elle se retrouve à cette heure ci dans le bureau de son chef. Bosser de nuit ne gênait pas vraiment notre belle qui prit la direction de la sortie après un bref sourire innocent à son chef qui avait soupiré bruyamment avant de la laisser sortir. Il n'allait pas la changer mais il pouvait faire en sorte de la canaliser manque de chance actuellement il échouait à chaque fois.

Dehors la ville commençait à s'éveiller sous le regard distrait de notre belle. La brume tamisait l'air qui l'entourait tout en la rendant plus sereine. Elle aimait la tiédeur et l'humidité qui glissait le long de la peau dénudée de ses épaules. Comme à son habitude elle portait un jeans foncé surmonté d'un top noire qui mettait sans nul doute ses formes en valeur bien que ce n'était en rien cette qualité qui avait forcé notre belle à s'en vêtir. Depuis de nombreuses années lorsqu'il était question de boulot la confortable primait sur l'esthétique pourtant la mode faisait des miracle comme sa tenue le prouvait. Quand à sa chevelure, elle l'avait détaché avant sa sortie du commissariat ce qui lui donnait un air moins sévère même si Kalena ruminait rien qu'à l'idée des nœuds qui s'étaient formée à cause de la brume. Certes notre belle ne frisait pas en présence d'humidité comme certaines fille cependant ses cheveux avaient tendance à boucher dès la première goutte d'eau et bien sur au lieu de boucler sagement ils s'emmêlaient entre eux au passage. Elle marcha durant de longues minutes alors que peu à peu la fatigue commençait à l'accabler comme le prouver les cernes violettes qui s'épanouissaient sous son regard où le maquillage était quasiment inexistant. De plus une légère douleur se faisait sentir sur son talon à croire que mettre ses nouvelles bottes a talon plat n'avait pas été très futé de la part de notre belle.

Voyant un banc se dessinait devant elle, elle en prit la direction sans vraiment faire attention si une personne était déjà assisse dessus. De toute façon elle s'en moquait alors que toute son attention était focalisé sur ce petit bout de bois qui m'était ses fesses en émoi. Elle en aurait presque saliver si une glace avec supplément chantilly était apparu par enchantement sur le banc. Bon au final le rêve de notre belle était à l'eau mais le banc était bien réel et ce fut d'un pas rapide qu'elle s'y approcha. Et ce ne fut qu'arrivé à quelques mètres du banc qu'elle remarqua la présence d'une autre personne sur celui-ci. En un coup d'œil un large sourire se dessina sur les lèvres de notre belle qui se laissa tomber sur son siège sans pour autant tourner la tête dans la direction de l'inconnue qui ne lui était pas si inconnu que ça. « Est ce que cette fois j'aurais au moins la chance de connaître ton vrai prénom ? » L'ironie se mêla à chacun de ses mots alors qu'elle poussa un léger ricanement nerveux à croire que la fatigue semblait plus forte que notre belle voulait le laissait paraitre.  
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas


CAW Birthday : 21/12/2015
Avatar : Jennifer Lawrence
Race : Sorcière
Camp : Neutre
Localisation : San Francisco

Messages : 2165
Points RPG : 23


Witchcraft
PC totaux: 35
Niveau: 2
Pouvoirs/Capacités:
avatar
Sorcier ¤ Best RPGiste

Keira Fawkes
Sorcier ¤ Best RPGiste

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Mer 23 Déc 2015 - 17:16

Une légère brise faisait virevolter quelques mèches de ses cheveux alors que Keira regardait le soleil disparaître derrière les nombreuses tours de la ville. Comme pour se protéger de tout contact avec l’air refroidi, elle monta ses genoux sous son menton, ses pieds prenant alors appui sur le banc en bois. Les inconnus qui marchaient dans sa direction prenaient soin de la contourner comme si elle était un virus incarné. Blasée de ce genre de comportement auquel elle était confrontée à chacune de ses balades, Keira n’y prêtait plus vraiment attention. Comment ces gens pouvaient-ils se permettre de la juger ? Ils ne la connaissaient même pas. Derrière leurs petites manières, ils ignoraient totalement que son état actuel était nécessaire pour les épargner. Isolée, la fille ne risquait aucunement de se mettre en colère contre quelqu’un. Et pourtant, ces mêmes personnes ne se privaient pas de lui faire connaître leur arrogance envers elle. Méritaient-ils réellement tous ces sacrifices ? Ce genre de réflexion était ce que Keira avait qualifié de « terrain dangereux ». Mieux valait-il ne pas trop y penser. De plus, se lamenter sur son sort n’était pas dans son genre.

Alors que son regard était perdu dans le vague, une image datant de plusieurs années lui revint à l’esprit. Elle se trouvait alors avec toute sa famille à fêter son douzième anniversaire dans le parc du Golden Bridge. La fête ne s’était pas terminée avant la fin du coucher de soleil. Assise sur un banc similaire à celui-ci, Keira déballait les cadeaux des retardataires avec hâte. Un de ses amis, revenu d’un week-end avec ses parents, lui avait offert un très beau bracelet argenté. Son frère y avait vu là le signe d’un béguin d’adolescent, mais elle n’avait jamais pris la chose au sérieux. Pour elle il n’y avait rien de plus que de l’amitié, et elle était toujours persuadé que c’était réciproque. Elle avait d’ailleurs répliqué que ce n’était pas une bague de fiançailles. Juste un bracelet. Ce dernier devait sûrement toujours se trouver dans sa chambre de la maison familiale, posé quelque part dans son coffret à bijoux presque vide.

Il lui fallut une poignée de secondes pour sentir une présence se glisser à ses côtés. Bien décidée à ne pas établir le contact, Keira fit comme si de rien n’était, et continua d’admirer une chose inexistante. Une voix féminine s’adressant à elle l’extirpa de force en-dehors de ses songes. Était-ce si difficile de voir qu’elle ne souhaitait pas être dérangée ? Exaspérée, la femme laissa échapper un court soupir avant de jeter un regard en coin vers son interlocutrice sans prendre la peine de bouger son visage. Sa vue panoramique lui permis de mettre un nom sur sa voisine. Ou du moins une identité vague. Cela remontait à une quinzaine de mois. Keira avait récemment quitté son domicile et devait donc voler de la nourriture de temps en temps pour ne pas mourir sur le trottoir. Malheureusement pour elle, ce n’était pas son jour de chance. Cette fille-là, qui lui adressait la parole, était un flic. Prise sur le fait, Keira avait échappé belle aux menottes et au commissariat. Que s’était-il exactement passé ? Cette dernière en avait conclu que la policière avait eu pitié d’elle. Elles n’avaient pas beaucoup échangé, mais l’étrangère semblait avoir perçu la détresse et la tristesse dans son regard. D’accord, c’est une justification plutôt bateau mais elle n’en savait pas plus ! Et puis, à quoi bon vouloir en apprendre davantage ? Cela lui permettrait-il de retourner à son ancienne vie ? Très peu probable !

« En quoi ça vous intéresse ? Vous venez m’arrêter parce que vous avez mauvaise conscience ou vous avez décidé de vous la jouer super-héros pour me ramener chez moi de force ? »

Après un instant de silence, Keira rajouta :

« Dans les deux cas vous ne le saurez pas. Je ne veux pas devenir votre amie. Ou subir vos leçons de morale. Tout ce que je veux c’est qu’on me fiche la paix. »

Devait-elle vraiment supporter ça ? La jeune femme résista à l’envie de quitter le banc. Ce n’était pas à elle de quitter les lieux. Lors de ces longs moments où elle se retrouvait seule, il lui arrivait de se demander si elle redeviendrait celle qu’elle était avant l’accident avant la fin de sa vie. A son plus grand regret, cela était désormais bien trop ancré en elle pour qu’elle puisse y échapper. Même si elle trouvait une solution à son problème, cela ne changerait rien au passé. Les conséquences d’un drame ne peuvent pas disparaitre. Il lui fallait vivre avec chaque jour. Si un livre devait être écrit à son sujet, sûrement la décrirait-on comme une femme de glace avec un cœur de pierre.

¤¤¤

I'm sorry for beeing me
I'm sorry for beeing clingy, emotional, needy, annoying, stressful,
weird, quiet, distant, imperfect,strange, unlovable, useless, worthless,
lonely, depressed, boring, sad, helpless, broken, lost cause, defeated.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Mer 23 Déc 2015 - 18:55

La vie était ainsi faite de rencontre en tout genre dont certaines nous marqué. Assisse sur son banc, ce fut dans ses pensées que Kalena s'égara l'espace de quelques secondes. Elle se revoyait 15 mois en arrière dans cette ruelle sombre ou l'odeur d'urine était intenable. Cette nuit la chaleur était étouffante et la sueur collait ses vêtements contre sa peau moite avec une sensation désagréable. Elle avait couru encore et encore à la poursuite d'une ombre qui semblait aussi rapide qu'elle. Pourtant ce fut dans cette ruelle qu'elle l'avait coincée, acculée dans une impasse où elle savait que sa proie allait gentiment l'attendre. Son sang bouillonnait dans ses vaines alors que son champ de vision se rétrécissait a vu d'œil. L'arme tendue devant elle, elle n'attendait qu'une seule chose l'opportunité de tirer dans le seul but des dégâts. Son âme voulait du sang et elle allait lui donner pourtant lorsque son regard croisa celui de sa proie, elle reste tétanisée, le souffle coupé. Ce n'était pas un homme ni même un gamin qu'elle avait prit un chasse mais bel et bien une jeune fille au regard apeuré. Tel un miroir, elle avait l'impression de s'observer à travers une glace du passé. Elle avait connu cette lueur dans le regard. Et alors qu'elle aurait dut l'arrêter, elle se poussa contre le mur ou elle se posa tout en soufflant à l'enfant de déguerpir. Cette enfant à la longue chevelure brune qu'elle voyait de temps en temps dans ses songes à croire que cette gamine l'avait marqué au plus au point. Un hasard si leur route s'était croisée ? Pas vraiment …

Ce fut la voix de la petite teigneuse qui força notre belle à reprendre pied dans la réalité et face aux paroles virulentes de la sauvageonne, notre belle ne put s'empêcher de rire. Se tournant doucement tout en laissant son bras prendre appui sur le dossier du banc, elle fit face à son elle passée qui ne prenait pas vraiment la peine de la regarder. Mais elle s'en moquait alors que chaque nouveau mot prononçait par l'inconnue l'a rendait encore plus hilare même si au fond elle percevait la détresse cachée dans chaque syllabe. Il y a 8 ans elle avait été cette gamine perdue qui en voulait à la terre entière. Meurtrière de sa propre mère, elle avait retourné son dégoût d'elle même envers les autres. Elle ne valait pas la peine et de toute façon le monde l'a détestait et cela ne servait à rien de forcer le destin. Heureusement dans sa rébellion elle s'était heurtée au mur qu'était Meika. Elle avait front tout en sauvant sa propre chair de la noirceur de son âme. Elle avait donné sa vie pour préserver sa petite fille chose que Kalena ne savait pas. De toute façon elle se sentait responsable du meurtre de sa grand mère car c'était elle qui avait conduit son tueur en série chez elles. Les gens qu'elle aimait mourrai les uns après les autres à croire qu'inconsciemment Kalena fuyait toute relation trop proche avec les gens. Bien sur il y avait Nathan qui s'était fait une place dans son cœur mais cela s'arrêtait la. Elle n'était pas encore prête à laisser d'autres personnes rentrer dans sa vie.

Posant un doigt sur ses lèvres qu'elle tapota d'un air distrait, elle attendit que la petite sauvage finisse de cracher son venin. Chose qui arriva rapidement au plus grand bonheur de notre belle qui se pencha légèrement en avant dans l'espoir de faire réagir la gamine à ses côtés. « Il semblerait que je ne sois pas la seule aujourd'hui à m'être levé de mauvais poil ! » Elle s'amusait des réactions de la jeune fille et elle attendait avec impatience de la voir sursauter en arrière dans l'espoir de mettre le plus d'espace entre elles. Du moins telle aurait été sa réaction lorsqu'elle n'était encore qu'une gamine. S'enfonçant un peu plus dans le banc tout en étendant les jambes pour faire comprendre à l'inconnue qu'elle ne bougerait en rien ses fesses, elle continua le sourire aux lèvres. « Pas de bol parce que j'ai bien envie de compagnie et en particulier de la tienne. Ai je préciser que j'ai un faible pour les gamine insolente dans ton genre ? Ça me fait le même effet que les petites bouilles craquantes de lapin dans les animalerie. » 
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas


CAW Birthday : 21/12/2015
Avatar : Jennifer Lawrence
Race : Sorcière
Camp : Neutre
Localisation : San Francisco

Messages : 2165
Points RPG : 23


Witchcraft
PC totaux: 35
Niveau: 2
Pouvoirs/Capacités:
avatar
Sorcier ¤ Best RPGiste

Keira Fawkes
Sorcier ¤ Best RPGiste

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Mer 23 Déc 2015 - 19:51

Discrètement, Keira regarda aux alentours comme pour vérifier qu’une équipe de police n’était pas planqué quelque part pour venir l’arrêter. La jeune femme grinça des dents en entendant le flic pouffer de rire face à ses répliques. C’était bien un aspect des relations humaines qu’elle ne regrettait en rien. Cette espèce de provocation, de plaisir à se moquer d’autrui juste pour se sentir supérieur. Keira ne voulait même pas imaginer ce que la personne auprès d’elle pensait à cet instant précis. Sûrement la qualifiait-elle de toutes sortes de noms péjoratifs ? L’inconnue ne valait pas mieux que les autres. Sûrement était-ce encore pire puisqu’elle représentait les forces de l’ordre. Etre dominé par des ahuris. Voilà un des problèmes majeurs du monde dans lequel elle vivait ! Pourquoi s’acharnait-on ainsi sur elle ? Depuis qu’elles s’étaient rencontrées, Keira n’avait plus commis de crime. Du moins… Pas tellement. D’où venait cette fascination morbide que lui vouait cette femme ? Si elle ne se sentait pas redevable auprès du flic, sûrement se montrerait-elle encore plus abjecte. Les mains crispées sur ses genoux, Keira se retint de lancer son poing en direction de Kalena qui commençait à blaguer sur son humeur et à s’approcher d’elle d’un peu trop près. La « sauvageonne » la foudroya du regard et ne cilla pas. Si une de deux devaient baisser les yeux, ça ne serait aucunement elle.

Elle haussa les sourcils en s’entendant comparée à un lapin d’animalerie. C’était plus que Keira ne pouvait en supporter. Pour qui son interlocutrice se prenait-elle ? Et après c’était elle qui se faisait insulter d’insolente ? Décidément, les flics se croyaient tout permis. Malgré tout, la jeune femme décida de garder son calme et de ne pas s’énerver. Elle ne tenait pas à rentrer dans le jeu de l’inconnue. C’est pour cela qu’elle décida de ne pas broncher quant à ses insultes relativement indirectes. C’est d’une voix indifférente qu’elle lâcha :

« Harceler les pauvres gamines dans la rue… C’est comme ça que les flics prennent leurs pieds ? »

Telle une statue, Keira ne bougea pas le petit doigt. Sa riposte ne se ferait pas par les actes, uniquement par les paroles. Et elle était très loin de se douter d’où elle s’apprêtait à mettre les pieds. Effectivement, sans le savoir, elle allait appuyer sur un point des plus douloureux pour son interlocutrice.

« Si votre but est de m’impressionner ou de me faire peur, c’est loupé. C’est l’heure du dîner. Vous feriez mieux de rentrer chez vous soigner votre chère famille adorée. »

Rester calme. C’était la seule chose qui lui garantissait de ne pas reproduire la même erreur deux fois. Mais que se passerait-il si elle finissait par perdre son sang-froid ? Kalena allait-elle se changer en torche vivante ou quelque chose dans ce goût-là ? En tous les cas, elle sentit que sa réflexion avait provoqué une quelconque réaction chez son interlocutrice. Keira se mordit donc l’intérieur de la joue pour s’empêcher de continuer sur sa lancé. Vous voyez ? Finalement elle n’était pas si mal éduquée que cela !

¤¤¤

I'm sorry for beeing me
I'm sorry for beeing clingy, emotional, needy, annoying, stressful,
weird, quiet, distant, imperfect,strange, unlovable, useless, worthless,
lonely, depressed, boring, sad, helpless, broken, lost cause, defeated.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Ven 25 Déc 2015 - 19:06

La fatigue commençait à rendre ses muscles lourds alors qu'elle tentait d'étirer ses jambes en toute discrétion et cela tout en fixant de son regard moqueur la jeune fille à ses côtés. En plus d'avoir un caractère de cochon similaire au sien l'inconnue était d'une beauté naturelle et pure que notre belle admira du coin de l'œil. Elle ne prenait pas vraiment soin de sa personne et Kalena était mal placée pour la jugée de ce côté la mais malgré la gamine hargneuse était un petit brin de femme bien joli. Soupirant, elle reporta son attention sur les alentours alors que son rire résonnait toujours autours d'elles. Comme à son habitude, elle se cachait derrière des moqueries dans l'espoir de convaincre son interlocuteur qu'aucun de ses propos ne pouvaient l'atteindre et pourtant … La reine des glaces avait tout de même un cœur certes qu'elle ne comprenait pas en ce moment. Ce cœur qui l'avait poussé à s'approcher de la petite sauvage qui l'intriguait au plus au point. Car n'allait pas croire que Kalena était le genre de personne attentive à la santé d'autrui … Malgré son travail de policière, en dehors du boulot elle ne vivait que pour elle. Il lui arrivait de donner quelques pièces à des SDF mais elle ne s'apitoyait pas sur leur sort loin de la même. Elle ne leur accordait aucune attention préférant jouer les égoïste pour se préserver. Et voilà qu'elle s'enticher d'une gamine sortie de nul part ! Entendant la première réflexion de la jeune fille, elle put s'empêcher de plisser les lèvres tout en levant les yeux au ciel alors qu'elle tentait en vain de maitriser l'élan d'hilarité qui la submergeait. « Si tu savais à quel point ! Mais ne t'inquiète pas je t'épargnerais les gémissements qui vont avec ! » Pour l'inconnue elle n'était qu'une policière … Douce déception de n'être qu'un pion sans âme et sans conscience ! Cependant plus elle se cachait derrière ses moqueries plus les nerfs de l'inconnue semblait s'effriter pour finir à fleur de peau. Si la gamine voulait jouer à ça, elle pouvait compter sur notre belle pour la pousser à bout.

Fixant son regard sur un jeune homme qui passait non loin d'elles, les mains dans les poches elle commença à s'imaginer la vie qui l'attendait en rentrant chez lui. Elle aimait jouer à ce jeu en compagnie de Meika …. Mais sa grand mère n'était plus … Alors qu'elle ravalait avec douleur la nostalgie et la fatalité qui s'abattait sur elle, l'inconnue sans le savoir en profita pour l'achever. Le regard dans le vague, elle souffla. « Touchée ... » Oh oui, la belle gamine venait de l'atteindre en plein cœur … Le peu de relation qu'elle s'autorisait se limitait à Nathan et un homme sur internet dont elle ne connaissait rien ! En pensant à son bel inconnu son cœur manqua un battement. Non elle ne pouvait pas tomber amoureuse d'une image et pourtant à chaque secondes ses pensées se tournaient vers lui. « Si ton but est d'être infecte avec moi pour me faire passer mon chemin, je crains fort que ce soit impossible. Crache ton venin si tu en as besoin pour te sentir superieur à la pauvre policière que je suis, ne t'inquiète pas je suis rodée ! » Elle avait été sérieuse pour la première fois de la discussion alors qu'elle s'était retournée vers la jeune fille pour la fixer. Oh non elle n'allait pas la juger au contraire même, elle n'avait qu'un seul souhait, la comprendre. Pourquoi ? Elle ne le savait même pas elle même mais la seule chose dont elle était certaine, c'est que rien ni personne allait la faire quitter la compagnie de l'inconnue.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas


CAW Birthday : 21/12/2015
Avatar : Jennifer Lawrence
Race : Sorcière
Camp : Neutre
Localisation : San Francisco

Messages : 2165
Points RPG : 23


Witchcraft
PC totaux: 35
Niveau: 2
Pouvoirs/Capacités:
avatar
Sorcier ¤ Best RPGiste

Keira Fawkes
Sorcier ¤ Best RPGiste

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Sam 26 Déc 2015 - 11:47

Aussi étrange que cela puisse paraître, Keira eu un mal fou à réprimer un petit sourire en coin lorsque son interlocutrice parler de réprimer ses gémissements. C’était de très mauvais goût, mais que voulez-vous, c’est une sorte d’humour qui marche quasiment à tous les coups. Pas que la « sauvageonne » soit perverse ou autre. Heureusement pour elle d’ailleurs, car ce n’était pas dans sa situation actuelle qu’elle risquerait de se vider d’une quelconque frustration sexuelle ! Le seul homme avec qui elle échangeait deux ou trois mots une fois par semaine était celui qui l’embauchait et la logeait. Et il valait encore mieux faire vœux d’abstinence que de finir au lit avec un alcoolique d’une cinquantaine d’années, dont l’haleine seule suffirait à décaper n’importe quel WC encrassé !

Keira feignit donc à nouveau l’indifférence la plus totale et s’enfonça un peu plus dans le banc. Elle tourna légèrement sa tête pour éloigner son regard de celui de la policière. Son attention se porta brièvement sur une mère qui semblait en grande difficulté pour se faire respecter de ses deux jumeaux. De vrais têtes à claque ces gamins. Depuis toute petite, la jeune femme avait toujours refusé l’idée d’avoir un jour des enfants. Ils sont tellement pénibles et vous gâche la vie ! Remarquez, cela pourrait difficilement être pire dans son cas.

La sans domicile fixe finit par riposter de nouveau, cherchant toujours à se débarrasser de Kalena. N’avait-elle donc pas mieux à faire que de jouer les troubles fêtes ? N’avait-elle pas de vie ? C’est ce qu’il semblait. Autrement, le flic ne serait pas là à lui chercher des noises. Ou peut-être venait-elle de se faire larguer par son mec ultra riche et/ou canon, et qu’elle avait besoin de se défouler sur une parfaite inconnue ? En tous les cas, ce que Keira lui lança eut un effet certain sur la destinataire qui révélait une faille dans sa carapace. Une faille à exploiter ? Peut-être. Malheureusement, Keira commençait déjà à se lasser de ce jeu du chat et de la souris qui s’était instauré entre elles. Cela faisait une éternité qu’elle n’avait pas mis le nez dehors, et il fallait qu’elle soit dérangée de la sorte ! L’emmerdeuse ne semblait pas prête à lui lâcher les basques, ce qui commençait sérieusement à lui faire monter la moutarde au nez. Elle ne put donc pas réprimer un rire sarcastique face aux paroles de son interlocutrice. Première fois qu’elle rigolait depuis un très long moment. Même si ce n’était pas de joie.

En une seconde elle était debout et faisait face à Kalena. On pouvait entendre différentes émotions se mêlant à sa voix lorsqu’elle reprit la parole. Un mélange de colère, d’exaspération et d’ironie. Comment cette… inconnue pouvait-elle venir ici et se plaindre devant elle ? Était-ce une technique pour la pousser définitivement à bout ? Si c’était le cas, elle lui accordait avec volontiers ce point. Peu importe ce que Kalena pouvait penser d’elle à présent. Tout ce qu’elle souhaitait était de partir le plus loin possible de cette personne désagréable.

« Me sentir supérieure ? Supérieure en quoi ? Sans vouloir vous offenser, je n’en ai rien à faire de vous. De qui vous êtes ou de ce que vous me voulez. Vous avez un toit de bonne qualité au-dessus de votre tête, un job on ne peut plus respectable et une qualité de vie probablement à des années-lumière de la mienne. Je ne vois sincèrement pas ce que vous auriez à m’envier. Alors arrêtez de vous plaindre et fichez moi le camp. »

A sa manière, Keira avait délivré plus de sentiments ancrés et secrets en une poignée de secondes que depuis le début de leur échange. Elle était tellement sur les nerfs ! Comment son interlocutrice pouvait-elle se qualifier de « pauvre policière » à une fille qui n’a rien d’une vie heureuse et équilibrée ? La « sauvageonne » la foudroyait du regard. Intérieurement, elle espérait que sa déclaration ait suffisamment touché le flic pour que cette dernière accepte enfin de la libérer de sa présence. Alors qu’elle regardait autour d’elle, attirée par certaines messes-basses, elle se rendit compte que beaucoup d’individus les observaient. Sûrement s’étaient-ils rendu compte que le ton commençait à monter entre une possible SDF et une fille plus… normale. Agacée par ces gens qui ne détournaient par leur regard, Keira leur lança :

« Vous voulez notre photo ? »

Elle accompagna cette phrase par un rapide mouvement du menton qui avait pour signification d’aller voir ailleurs si elles y étaient. Son intérêt de reporta sur Kalena qui, visiblement, n’avait toujours pas bougé du banc. Keira laissa échapper un long soupir face à la détermination de cette dernière.

« Très bien. Dites-moi ce que je dois faire pour me débarrasser de vous et je le ferai. Vous êtes vraiment pénible vous êtes au courant ? »

Sa voix n'était toujours pas amicale, mais on pouvait y deviner une sorte d'acception à une forme de contact.

¤¤¤

I'm sorry for beeing me
I'm sorry for beeing clingy, emotional, needy, annoying, stressful,
weird, quiet, distant, imperfect,strange, unlovable, useless, worthless,
lonely, depressed, boring, sad, helpless, broken, lost cause, defeated.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Sam 26 Déc 2015 - 17:09

Pourquoi les mots de l'inconnue ne cessaient de tourner en boucle dans sa tête ? La douleur comprimait sa poitrine alors qu'en apparence, elle semblait mettre d'elle même. Pourtant elle venait de faire face à la réalité de son existence, chose qu'elle prenait bien soin d'éviter ces derniers années. Enfant, elle rêvait d'être mariée et d'avoir des enfants à 20 ans et voilà que dans réalité cruelle de la vie, elle se retrouvait à 26 ans seule et sans famille. Sa vie était pathétique et il n'était question à présent de ce cacher même si la douleur était plus tenable dans le déni. A l'école, elle avait été une élève moyenne et discrète qui n'attirait pas vraiment l'attention des autres. Comme tout le monde, elle avait eut le droit aux moqueries de la part des filles populaires qui devaient se moquer d'elle à l'heure qu'il était. Le passé était le passé quand au futur notre belle essayait de ne pas y penser sous peine de se poser bien trop de questions auxquelles elle ne trouverait aucune réponse. Il avait fallut qu'elle croise le chemin de cette petite pour prendre conscience que le passé n'était pas une vie tout comme le fait de ruminer. Sans le vouloir, l'inconnue venait d'aider notre belle. Pour la première fois une personne n'avait pas flanchée devant sa repartie légendaire pour être franche avec elle. Et lorsqu'elle ouvrit à nouveau la bouche ce fut pour accablée encore plus Kalena, qui soupira doucement. Tout s'expliquait à présent … Elle avait été cette petite qui était sur ce banc, elle avait été perdue sans une mère pour lui expliquer ce qu'était la vie. Elle avait affrontée les conséquences de son existence sans guide. Enfin Meika avait été elle mais même si sa grand mère l'avait préservé, elle avait toujours rejetée involontairement cette enfant qui avait tuée sa petit fille chérie.

Elle rigola doucement en entendant l'inconnue demander aux autres de ne plus la regarder. Franchement Kalena n'avait rien à faire d'être un phénomène de foire car avec le temps elle avait compris que la différence était une qualité rare que tous ces gens normaux enviés. Entendant sa voisine s'avouait battue, elle inspira doucement alors que ses épaules se détendirent doucement. Rien n'était gagné mais sans le vouloir l'inconnue venait de faire le premier pas au plus grand bonheur de notre belle. « J'ai un toit c'est un fait mais ma vie n'a rien d'enviable je peux te l'assurer. Nous avons tous nos blessures certains savent juste mieux les cacher d'autres. Mais tu as raison je t'envie sur un point. Tu ne connais encore rien de la vie et de ses horreurs. Je sais, je sais je parle comme une veille femme aigrie parla vie mais vu comme tu es gentille je te promet de te donner le secret de ma crème antirides. » En parlant son regard s'était voilé d'un voile de nostalgie à croire que les fantômes de son passé étaient revenus à la hanté. Pour être franche elle aurait tout donné pour revoir sa mère une dernière fois même sous la forme d'un fantôme. Ses souvenirs n'avaient rien de réel, ce n'était que des photos d'une vie passée ou elle n'avait pas encore sa place. Elle ressemblait à sa mère d'après Meika mais se comparait à un bout de papier n'était en rien facile surtout pour une enfant en quête de son passé. Kalena ne garda que quelque secondes le silence avant de reprendre d'un air moqueur. « Commence par ton prénom douce enfant. » Une fois son masque à nouveau solide, elle reprenait ses pics de provocation envers la jeune fille. Elle l'avait touchée et dans un sens elle allait se venger à sa façon. Elle ne voulait pas la blesser seulement la titiller un peu. Elle appréciait le bout de femme à ses côtés d'où son insistance.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas


CAW Birthday : 21/12/2015
Avatar : Jennifer Lawrence
Race : Sorcière
Camp : Neutre
Localisation : San Francisco

Messages : 2165
Points RPG : 23


Witchcraft
PC totaux: 35
Niveau: 2
Pouvoirs/Capacités:
avatar
Sorcier ¤ Best RPGiste

Keira Fawkes
Sorcier ¤ Best RPGiste

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Sam 26 Déc 2015 - 18:12

Keira n’avait aucunement conscience de l’aide qu’elle venait d’apporter à son interlocutrice. A vrai dire, elle pensait surtout que cette dernière allait finir par l’étriper. Pourtant ce n’était pas le cas. Kalena ne sorti ni les griffes ni son flingue. Elle rigola même sincèrement lorsque Keira envoya des inconnus baladés. Au moins cela ne l’avait pas gênée. Auquel cas, elle se serrait enfuie les mains sur le visage comme pour minimiser la honte portée sur elle par le regard d’autrui. Une fois que la fugueuse eut terminé son tour de parole, son interlocutrice en profita pour lui répondre. Sa voix se voulait un brin moins moqueuse, ce qui ne manqua pas de sauter aux oreilles de Keira. Pour la première fois depuis qu’elles s’étaient rencontrées, elle se dit que le flic pouvait ne pas être si désagréable que ça. Cette dernière lui révéla d’ailleurs plusieurs éléments de sa vie qui mirent Keira mal à l’aise, bien que son cœur fit un saut dans sa poitrine lorsqu’elle lui lança qu’elle ne connaissait rien des horreurs de la vie. Son style de vie et encore plus la mort de son père n’en étaient pas ? Dans ce cas, qu’est-ce qu’il l’était ?

La « sauvageonne » se détendit tout de même, se tenant moins raide sur ses jambes. Les bras croisés, elle bougea ses doigts comme pour évacuer la gêne qu’elle ressentait. Le regard de son interlocutrice était brumeux, comme si, en même qu’elle lui parlait, elle était victime de réminiscences du passé. Probablement de mauvais souvenirs. Keira força alors un petit sourire suite au passage sur la crème antirides. Le premier qu’elle lui adressait. Aussi léger soit-il, c’était déjà un pas en avant énorme ! Tout ce qu’elle espérait était que la policière n’était pas en train de se payer sa tête. Mais quelque chose dans son regard lui assurait que ce n’était pas le cas. Pour finir, Kalena lui demanda tout simplement son prénom. On aurait dit qu’une boucle venait de se boucler. Retour à la case départ. Seulement, cette nouvelle partie serait probablement moins agressive. Les motivations de Keira n’avaient pas changées. Elle tenait toujours à rester seule, mais il lui semblait qu’elle ne pouvait pas faire autrement que de se prendre en jeu. De plus, sa curiosité était piquée au vif. Son interlocutrice était-elle réellement moins fade et superficielle que la fugueuse le pensait depuis le premier regard qu’elles s’étaient échangé, il y a de cela plus d’un an ? En tous les cas, sa petite tirade semblait commencer à justifier concrètement le comportement que la représentante de la loi avait eu ce fameux jour.

Elle fronça les sourcils, soumise à une réflexion intense. Était-ce une sage décision de lui donner son prénom ? Keira décida alors de lui faire tenir une promesse.

« Si je vous donne mon prénom… Vous me promettez de vous en tenir là ? De ne vous mettre à fouiner pour chercher d’où je viens ? »

La jeune femme scruta son expression. Elle sut alors que Kalena ne la trahirait pas. La dernière chose à laquelle elle tenait était de voir toute sa famille débarquer un jour chez elle pour un règlement de compte, ou tout simplement pour des retrouvailles familiales. La « sauvageonne » se mit alors à pousser un long soupir puis finit par capituler.

« Je m’appelle Keira. Et vous ? »

Instinctivement, elle continuait de la vouvoyer comme pour mettre une barrière entre elle. Chose dont elle ne tarda pas à se justifier :

« Si je me met à vous tutoyer vous allez vous mettre à croire que je veux devenir votre amie... »

Elle disait cela non pas par haine ou par rejet pur et simple, mais par ce qu’elle pensait être une nécessité pour tenir le flic à distance et ainsi lui assurer sa sécurité. Keira se demandait comment ses réactions pouvaient être interprétées par Kalena. La jugeait-elle toujours aussi négativement ? La fille vint alors reprendre sa place et sa position précédente sur le banc, aux côtés de son interlocutrice. La brume se faisait de plus en plus épaisse. Sûrement que dans une heure on ne pourrait plus voir dans une distance d’une mètre.

« Qu’est-ce qui vous fait penser que je ne connais rien des horreurs de la vie ? Vous croyez que je me trouve ici par pur plaisir ? Que je prends un bien fou à habiter un appartement lugubre que je squatte gratuitement contre un peu de ménage ? Croyez-moi ce n’est pas le cas. »

De plus, Keira ne riposterait même pas quant à « douce enfant ». Après tout, il fallait bien qu’elle montre son caractère d’une manière ou d’une autre ! Kalena serait sûrement déçue de ne pas recevoir de pique de sa part. Ça c’était jouissif.

¤¤¤

I'm sorry for beeing me
I'm sorry for beeing clingy, emotional, needy, annoying, stressful,
weird, quiet, distant, imperfect,strange, unlovable, useless, worthless,
lonely, depressed, boring, sad, helpless, broken, lost cause, defeated.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Mar 29 Déc 2015 - 23:44

En temps normal Kalena détestait se laisser dominer par la position de ses interlocuteur pourtant assisse face à une petite furie dressée devant elle, elle semblait calme comme jamais. Au final l'inconnue représentait une cure de zenitude pour notre belle qui tentait tant bien que mal de garder pour elle, le flot d'émotions qui la tourmentait en cet instant. Oh elle devait paraître vulnérable et fragile en cette seconde pourtant Kalena n'en était pas le moins offusquée au contraire même cela lui faisait du bien de pas être sans cesse en alerte. En temps quoique pas mal spontanée, notre belle essayait de contrôler ses échanges, ses sentiments mais aussi le déroulement de ses échanges avec les autres. Avec une grand mère maniaque du contrôle, cela avait du déteindre sur elle contre son grès bien entendu vu le bien que cela lui faisait de ne pas réfléchir à quelle position prendre pour se faire respecter. Toute sa vie avait été organisé par Meika et quoi qu'elle puisse y faire, elle continuait encore de lutter contre cela. Meilka serait il fière d'elle ? Elle ne voulait pas se poser la question car elle la savait négative car elle n'était assez bien pour la dernière personne de sa famille. Oh elle avait essayé de changer, de jouer les enfants sages cependant chasser le naturel et il revint au galop … Elle avait contenu trop longtemps sa haine et aidée par l'adolescence, elle se plongea dans la provocation gratuite. Kalena était douée pour s'autodétruire mais pas pour se relever seule. A chaque fois une personne lui avait tenue la main pour l'aider et sans le vouloir son pilier principal avait été la personne qu'elle avait autant aimé que détesté ! Oh oui à sa mort, elle avait paumée dans un monde qui avait perdu sa saveur. Elle avait enclenché sa destruction dans les bras d'hommes qui ne se rappelaient même pas son prénom tout en se haïssant chaque jour un peu plus jusqu'à ce qu'elle le rencontre. Lui …

Sentant son corps manquait un battement en pensant à son bel inconnu sur qui elle allait bientôt mettre un visage dans peu de jours, elle ferma les yeux tout en pinçant l'arrête du nez en mimant une migraine. Bon certes, un léger mal de tête commençait à la tourmenter comme à chaque fois ou la fatigue devenait intenable pourtant au lieu de se lever pour retrouver le confort de lit, elle avait la certitude que sa place était ici ! Chassant rapidement son âme sœur de ses pensées pour donner à l'inconnue toute l'attention qu'elle méritait. En l'entendant poser sa question, elle leva outrageusement les yeux au ciel pour faire comprendre à la jeune fille qu'elle se moquait de savoir qu'elle venait de si et de la. Chacun avait son passé mais l'essentiel était de se focalisé sur le passé et le futur qui ne demandait qu'a être écrit. Bon ok, l'envie de fouiller dans les fichiers de la police lui traversa la tête cependant face au regard profond de l'inconnue, elle se jura de respecter ses secrets qu'elle ne pensait pas nécessaire de lui dire. Autant le dire, elle se faisait violence cependant l'honnête et la loyauté était des valeurs trop importante pour notre belle pour qu'elle laisse la curiosité la souiller. Elle hocha négativement la tête dans l'espoir que cela serait nécessaire pour délier la langue de l'inconnue.

Keira tel était son prénom et il lui allait plutôt bien. Elle ne connaissait aucune personne qui portait ce prénom et l'originalité étant un maitre mot de notre belle, elle ne put que l'apprécier. Elle pouvait enfin mettre un nom sur le joli petit minois devant elle et rien qu'à cette idée, elle jubilait intérieurement. Son elle intérieur sautait dans tous les sens malheureusement cela fut de courte durée en entendant la réplique suivante de Keira qui remit les choses en place. Toujours égal à elle même, Kalena laissa échapper un petit rire décidément cette gamine était plutôt futée dans son genre. Voyant avec joie que la jeune fille reprenait place à ses côtés elle allait parler à son tour quand Keira prit à nouveau la parole. Chaque mots qui furent prononcés touchèrent notre belle par la détresse caché derrière l'agressivité de la gamine. Les pièces du puzzle commençait à s'emboiter. « Tu viens de demander mon prénom uniquement par politesse, non ? Mais j'apprécie le geste vraiment. » Elle avait plus énoncé cela comme un fait et comme un de ses sarcasmes qu'elle affectionnait tant. Malgré ses efforts pour paraître odieuse et repoussante, Keira était une enfant bien élevée cela ne faisait aucun doute. «  Et je te remercie d'enfoncer à chaque fois le couteau concernant mon âge. Mais bon je te pardonne et vu que tu as été sage je vais te donner mon prénom au moins tu pourras jurer sur une identité et non sur un visage lorsque nous repartirons chacune en direction de nos vie respective. Moi c'est Kalena. » Une fois de plus elle jouait avec le feu en provoquant ouvertement la jeune fille mais elle ne se voyait pas la plaindre ni même jouer les femmes compatissantes. Kalena pouvait paraître insensible mais ce n'était qu'une façade mais surtout elle aurait détestait qu'une personne s'apitoyer sur son sort alors elle n'allait pas l'imposer à une autre. Sans laisser le temps à la jeune fille de répliquer pour ne pas être interrompue dans son élan. « Si c'est le cas, j'en suis désolé de l'apprendre. Mais je ne te plaindrais pas  loin de la même. Je te proposerais bien mon aide mais je connais déjà ta réponse alors oublie ma dernière phrase tu veux. Et moi qui croyait que notre rencontre t'avait ravie au plus au point, me voilà déçue. » Elle plissa les lèvres dans une moue digne du chat botté alors que ses yeux brillaient d'une lueur enfantine.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas


CAW Birthday : 21/12/2015
Avatar : Jennifer Lawrence
Race : Sorcière
Camp : Neutre
Localisation : San Francisco

Messages : 2165
Points RPG : 23


Witchcraft
PC totaux: 35
Niveau: 2
Pouvoirs/Capacités:
avatar
Sorcier ¤ Best RPGiste

Keira Fawkes
Sorcier ¤ Best RPGiste

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Mer 30 Déc 2015 - 17:33

Keira avait enfin fini par capituler. Cela ne menait à rien que de résister à chaque tentative d’approche de son interlocutrice, cette dernière ne voulant de toute façon pas lâcher l’affaire. Les lampadaires autour d’elles commencèrent à s’allumer petit à petit. Cela plongea la scène dans une atmosphère étrange, qui mêlait à la fois brume, lumière et obscurité. A vrai dire, si la fugueuse n’avait pas connu des situations plus angoissantes, sûrement aurait-elle eut la chair de poule. Et pourtant, c’était dans cette ambiance que la conversation se poursuivait tranquillement. Petit à petit les deux jeunes femmes apprenaient à se connaître. Le débit des nouveautés était plus lent vu qu’elles passaient la majorité de leur temps à se lancer des piques et des taquineries. D’ailleurs, Kalena lança à la « sauvageonne » que celle-ci n’était pas réellement intéressée quant à son identité. Que c’était par pure politesse. Face à cette réflexion, Keira haussa les épaules de manière nonchalante. Elle n’en avait que faire de ce que pouvait bien penser le flic. Puis, pour dire la vérité, elle n’en était pas totalement certaine. Depuis que la policière l’avait abordé, sa curiosité s’était petit à petit accentuée. Sûrement était-ce là son plus gros défaut humain. Cela la perdrait probablement un jour. Mais pas aujourd’hui. Keira se prit à se demander quand avait eu lieu sa dernière rencontre ayant dépassé le seuil de trois phrases échangées. Il était clair que cela remontait à sa période avant de se retrouver à la rue. Tous ces gens qu’elle avait laissés derrière elle… Au départ, cela l’avait attristée pendant un long bout de temps. Puis l’habitude avait fait le bout de son chemin, ce qui la rendait désormais plutôt indifférente. Après tout, il ne faut pas avoir le cœur fragile pour vivre comme elle le faisait !

Son interlocutrice se mit à nouveau à lui lancer une vanne en lui disant qu’elle avait été sage, et qu’elle méritait donc de savoir son prénom à son tour. Kalena… Si le prénom de la sauvageonne était original, cette dernière pouvait en dire tout autant de celui de la policière ! C’était sympathique. Elle remarqua que leurs deux prénoms commençaient tous deux par un K. Découverte savante et incroyable n’est-ce pas ? Du moins si ça ne commençait pas par un C. Keira fit alors un signe de tête comme pour lui signifier qu’elle avait bien enregistré. Lorsqu’une bouffé d’air frais les frappa de plein fouet, elle frissonna et tira légèrement sur son col pour protéger sa nuque davantage.

Lorsque la fugueuse eut mis de nouveau les points sur les i, Kalena lui annonça qu’elle ne la plaindrait pas et ne lui proposerait pas son aide. En effet, elle était persuadé que Keira la refuserait. Elle n’avait pas tort. Au moins ce n’était pas un dialogue de sourd. Le flic apprenait vite ! Quant à sa dernière phrase et bien… La sorcière se surprit à contredire son interlocutrice.

« Bien que je ne sois pas enchantée, tu n’es pas si horrible que ça. Un peu lourdingue mais sinon ça passe. »

Petite vengeance très attendue par Kalena probablement. La deuxième K ne put s’empêcher d’afficher un léger sourire sur son visage. Elle commençait à prendre goût à leurs chamailleries perpétuelles. Ce n’était plus tellement de la mauvaise humeur, mais davantage un jeu. Keira se mit alors à éclater rire malgré elle en regardant l’expression de son interlocutrice. Bon sang ! Ça faisait tellement longtemps… Elle ignorait même qu’elle en était encore capable. Réalisant ce qui s’était passé, elle reprit vite son sérieux tout en raclant la gorge comme pour dissiper la gêne. La fixant toujours, elle rajouta :

« Tu devrais arrêter de faire cette tête. Tu risques d’ameuter tous les chiens des environs. Et je ne parle pas que des animaux. »

Quoi ? Chacun son humour après tout ! Keira décida par la suite de revenir au sujet précédent qu’elle avait ignoré jusque-là. Ce qu’elle allait raconter était sincère.

« Je ne veux de la pitié de quiconque. Si j’ai fait ça c’est simplement une question de nécessité. Je ne pouvais pas rester chez moi. La seule aide que tu pourrais m’apporter c’est de jouer les vigiles et empêcher les alcolos de venir frapper à ma porte en pleine nuit. »

Croyaient-ils qu’elle était une prostitué ou tout simplement qu’il s’agissait des toilettes ? Allez savoir avec des types-là ! Un coup de froid la parcouru de nouveau. Keira se releva et fit un signe de tête à la jeune fille pour lui proposer d’aller marcher un peu histoire de ne pas finir frigorifier. Après quelques pas dans le plus grand silence, la sorcière osa lui poser une question à propos d’un sujet qui avait fait mouche une poignée de minutes auparavant.

« Vous aussi vous n’avez personne qui vous attend chez vous c’est ça ? J’ai remarqué votre tête lorsque j’ai parlé de votre famille. »

¤¤¤

I'm sorry for beeing me
I'm sorry for beeing clingy, emotional, needy, annoying, stressful,
weird, quiet, distant, imperfect,strange, unlovable, useless, worthless,
lonely, depressed, boring, sad, helpless, broken, lost cause, defeated.


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Invité
Invité

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Ven 8 Jan 2016 - 15:28

L'air se refroidissait peu à peu pourtant Kalena ne bougea pas lorsqu'une brise glacée s'enroula autours d'elles. Après tout, elle était une canadienne de sang pur alors le froid n'allait pas avoir de pouvoir sur elle. En faites si vu qu'elle avait grandit sur la côte ouest mais  elle n'allait pas jouer les pauvres minettes glacée en compagnie du jeune femme qui n'attendait que ça pour se moquer d'elle. Pour dire vrai, elle attendait de voir Keira se déridait pour enfin parler pour une fille de son âge. Elle était bien trop sérieuse pour son âge au plus grand désarroi de notre belle qui tentait par tous les moyens de la rendre plus jeune. On lui avait volé sa jeunesse alors il était question qu'elle assiste à la même chose sans réagir même si elle ne connaissait rien de la jeune fille assisse auprès d'elle. Personne n'était venue lui tendre la main et même si son côté rebelle l'avait poussé à prendre ses distances au fond elle n'attendait que ça. Alors quitte à être lourde, elle n'allait pas lâcher l'affaire ! Elle se laissa surprendre par le ton moqueur de Keira qui laissa même échapper un léger rire. Elle ne put qu'apprécier ce son cristallin qui résonnait dans ses oreilles telle une douce comptine de son passé. Elle ne pensait pas être le genre de fille qui pourrait s'extasier pour un vulgaire rire et pourtant. Elle restait sans voix, les yeux légèrement écarquillé à croire que la fatigue la rendait tendre. Kalena tendre et sensible … Une douce utopie. Mais elle ne pouvait nier que la jolie brune touchait une partie d'elle même cacher au plus profond de son être. Kalena n'avait pas la fibre maternelle et elle était persuadé d'être la pire mère au monde même s'il lui arrivait de temps en temps à penser à avoir un enfant. Bon déjà elle était célibataire donc le problème trouvait rapidement sa solution mais surtout elle ne pouvait imposer à un pauvre enfant innocent d'avoir une personne comme elle comme mère. Non elle ne pouvait pas le condamner à ça !

Se tourmentant une fois de plus à croire qu'elle y prenait plaisir ce fut la tirade de la jolie blonde à ses côtés qui la sortit de sa transe. Laissant un sourire moqueur se dessinait sur ses lèvres tout en prenant son masque narquois qu'elle avait l'habitude de prendre, elle marmonna. « Faut dire que je fais une jolie chienne. » Une fois elle était rentrer dans son jeu tout en se dégradant. En même temps elle n'allait pas nier qu'il lui arrivait de passer de lit en lit sans connaître le nom de ses amants. Alors oui quand elle agissait de la sorte, elle ressemblait bien plus a chienne qu'a la femme indépendante et forte qu'elle essayait d'être. Bien qu'elle n'était pas un canon de beauté, elle connaissait l'effet qu'elle pouvait avoir dès qu'elle prenait le temps de se mettre en valeur. La nature l'avait au moins gâter un minimum au niveau de son apparence malgré sa taille moyenne qu'elle aurait plu grande. Du haut de son mètre soixante sept, elle avait eut du mal à se faire une place dans son monde d'homme surtout avec son petit minois innocent qui l'avait directement cataloguer comme petite chose fragile et mignonne que personne ne voulait avoir dans les pattes.  

En silence elle écouta Keira sans l'interrompre cette fois ci alors que sa dernière question expulsa l'air de ses poumons. Pourquoi insistait elle autant pour savoir si Kalena avait de la famille qui l'attendait chez elle ? Avait elle besoin de savoir la solitude qu'était celle de notre belle pour se sentir bien. Elle détestait les gens qui se délectait du malheur des autres pour se sentir mieux, non Keira ne pouvait pas être de ce genre, elle l'espérait au plus haut point. « Rectification je fais une jolie mais surtout une excellente chienne de garde ! Comme tu as pu le  remarquer j'aboie plus que je ne mord mais je fais tout de même un excellent travail. » Elle avait dit ça sur le ton de la plaisanterie même si cela ne faisait aucun doute qu'en cas de besoin si Keira décidait de faire appel à elle, elle accouerait l'arme à la main. Elle se moquait de tuer si elle pouvait faire passer cela pour un accident bon peut être ne serait elle pas obliger d'arriver jusque là. Et même si intimider les montages de muscles était plus que distrayant cela n'était pas aussi stimulant qu'une balle bien placée. D'abord dans le genoux pour les entendre crier de douleur … Elle soupira doucement tout en fermant les yeux à croire qu'elle était capable de prendre son pied rien qu'en pensant à cela. Elle avait vraiment en problème et en prendre conscience sur ce banc ne fut guère agréable pour notre belle qui se leva d'un geste fluide pour faire face  à la jolie brune.

Ses jambes étaient douloureuses à croire que la fatigue ne leur donnait plus force de la porter. Grimaçant, elle plongea sa main dans son sac pour y sortir une petite carte qu'elle posa à côté de Keira. « Tu ne la prendras surement pas mais j'aurais au moins l'esprit tranquille en ayant tenter le coup. » Elle ne précisa pas qu'elle pouvait l'appeler à toute heure car elle était prête à mettre sa main à couper que sa carte finirait à la poubelle. Elle lança un dernier sourire à la jolie brune avant de partir. Elle avança d'un pas avant de se retourner une lueur malicieuse dans le regard. « Tous les jeudi matin vers 9h j'aime prendre mon temps devant un chocolat chaud dans un café à l'angle de la cinquième. Si jamais l'envie te dit, rien ne me ferait plus plaisir que de te l'offrir pour me faire pardonner mon côté lourdingue. A bientôt Keira ! » Elle lui fit un léger clin d'œil tout en laissant un rire lui échappait avant qu'elle ne se détourne pour poursuivre sa route. Elle l'avait provoquer une fois de plus même si elle espérait au fond que la jolie brune la rejoindrait lors de ses jeudis matin détente.

Elle avait appréciait ce brin de causette avec Keira mais une fois de plus elle avait fuit la réalité. Elle avait fuit la réalité de sa solitude qui la rongeait un peu plus chaque jour. Rapidement son appartement se dessina devant elle où elle y trouva son lit chaud et moelleux. Un lit chaud mais uniquement de sa chaleur. Seule … voilà un mot qui ne cessait de se répeter dans sa petite tête.
crackle bones


HRPG : C'est la fin pour ma part mais j'ai vraiment adorer notre échange donc si tu es prête pour le 2eme round je suis plus que partante Very Happy
Revenir en haut Aller en bas


CAW Birthday : 21/12/2015
Avatar : Jennifer Lawrence
Race : Sorcière
Camp : Neutre
Localisation : San Francisco

Messages : 2165
Points RPG : 23


Witchcraft
PC totaux: 35
Niveau: 2
Pouvoirs/Capacités:
avatar
Sorcier ¤ Best RPGiste

Keira Fawkes
Sorcier ¤ Best RPGiste

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal Dim 10 Jan 2016 - 17:55

Keira fut étonnée lorsque son interlocutrice s’amusa d’être qualifiée de « chienne ». Ce n’était pas tous les jours qu’une personne, encore plus un flic, acceptait cet adjectif sans aucune pudeur ! Celle-ci refusa d’ailleurs de parler de sa famille. Le sujet devait être encore plus sensible que la sorcière l’avait pensé. Peut-être était-ce cela qui motiva Kalena à quitter les lieux ? Effectivement, cette dernière ne tarda pas à se lever du banc et à fouiller dans son sac. La jeune fille se senti alors coupable. Il était clair qu’elle n’était pas la seule personne ici présente avec de sérieux problèmes à régler. De plus, aucune d’entre elles semblaient prêtes à se confier sincèrement. Après tout, elles n’étaient encore que des inconnues l’une pour l’autre. La policière lui tendit une carte. Keira la saisit, jetant un coup d’œil aux informations qui se trouvaient dessus. Il s’agissait principalement de son numéro de téléphone et de son nom de famille et prénom. Elle lui faussait donc bien compagnie ! Cette dernière lui annonça qu’elle se rendait chaque jeudi matin à un café pour prendre un chocolat chaud. La fugueuse se rendrait-elle à ce rendez-vous ? Difficile à dire. Comme dit précédemment, ce n’était pas car elle avait accepté de lui parler qu’elle était prête à devenir amie avec son interlocutrice. Cependant, il lui fallait avouer que leur échange n’avait pas été si déplaisant que ça. Keira glissa la carte dans la poche arrière de son jean alors que Kalena la saluait, la taquinant une dernière fois. Le rire de cette dernière résonna dans ses oreilles tandis que la distance entre elles deux prenait de l’ampleur. Finalement, ce n’était pas elle qui avait mis fin à leur discussion. La fatigue apparente de la policière l’avait remporté sur sa curiosité.

Keira parti alors dans la direction opposée à Kalena. Elle s’entoura de ses bras dans la fraicheur qui mordait son peu de chair apparente. A cette heure-ci, et dans cette atmosphère, l’ambiance était glauque et angoissante. Elle rentra chez elle à grandes foulées, bien décidée à ne pas se faire aborder une nouvelle fois. Il était évident que le flic avait réveillé quelque chose en elle qui était enterré depuis maintenant très longtemps. Quelque chose qui faisait d’elle une personne banale comme les autres, et qui plus est une jeune femme. Avoir une personne à qui parler, potentiellement à qui se confier… Ne plus ruminer seule dans son coin était libérateur. Malheureusement, ce n’était pas un luxe qu’elle pouvait se payer régulièrement. Personne n’était en sécurité près d’elle. Si quelque chose était arrivé à Kalena elle ne se le serait jamais pardonné, quand bien même c’était cette dernière qui avait insisté pour qu’elles échangent. C’est pour cela qu’il lui semblait des plus improbable qu’elle répondrait au rendez-vous proposé par la policière. Un chocolat chaud ne valait pas la peine de tuer l’individu qui vous l’offre n’est-ce pas ? Aussi longtemps cela faisait-il depuis la dernière fois qu’elle en avait consommé un.

Le retour chez elle se fit sans encombre. Il faisait totalement noir en dehors des quelques lampadaires alignés le long des trottoirs. Plusieurs hommes déjà bien alcoolisés rôdaient autour du bar, et par conséquent de chez elle. Mais ils ne lui prêtèrent guère attention car Keira se faufila des plus discrètement jusqu’à l’escalier qui donnait accès à son appartement. Une fois à l’intérieur, elle s’appuya contre la parole et poussa un long soupir de soulagement. Aucun accident ne s’était déroulé. Peut-être restait-il un espoir pour qu’un jour elle puisse se faire de nouveaux amis ? Ne rêve pas trop Keira… La jeune fille fila en direction de son lit et se posa sur ses couvertures sans même prendre la peine de se changer. Elle s’endormit aussitôt.

HRPG : Merci pour ce chouette sujet ! Je reviendrai vers toi quand je serai davantage disponible ! Very Happy

¤¤¤

I'm sorry for beeing me
I'm sorry for beeing clingy, emotional, needy, annoying, stressful,
weird, quiet, distant, imperfect,strange, unlovable, useless, worthless,
lonely, depressed, boring, sad, helpless, broken, lost cause, defeated.


Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal

Revenir en haut Aller en bas

S1E1 : Un brin de lumière ne fait pas de mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» QUE FAIT L'ETAT?
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» La chanson qui fait kiffer les geeks
» Un fait surprenant ( suite )
» Le roi a fait battre tambour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charmed : Alternative World :: Archives :: Archives RPG :: RPG S1E1-